• Textes & Poèmes

     

    Dans cette rubrique je mettrais des poèmes fait par moi.

    Priez de ne pas les prendre.

     

  •  

    Hiver été automne printemps,

    les saisons s'inversent

    Un souffle, un vent, une brise diverse,

    une vie d'avant

     

    Sauter dans le vide est trop demandé? 

    Quand la vie offre tant de rose 

    Pourquoi vouloir sourire noyé?

    Trop heureux de l'overdose

     

    Et les rêves sont choquants,

    Et les cris insignifiants,

    Et dans nos mains que de l'argent,

    Plus de promesse d'une vie d'avant,

     

    La glace devant, je contemple,

    Tête à l'envers, pieds sur le plafond,

    On s'amuse en tuant le griffon,

    Finira-t-il accrocher sous le temple? 

     

    Les phrases commencent par des points,

    Les fins sont majuscules,

    Et si cela vous semble magistrale,

    C'est que vous ne les avez encore rejoint,

     

    Dans cette folie de l'inversion,

    De la décadence du genre roi,

    De la disgrâce des lois 

    Plus rien ne tournera rond.

     

    écrit le 31 janvier 2019 

    ChocoAngel

     


    votre commentaire
  • Aujourd’hui je m’en vais conter

    L’histoire de la fin d’une ère

    Une histoire tellement désolée 

    Que même les dieux pleurèrent 

     

    Un jour, l’océan pacifique abrita 

    Une terre paradisiaque aux mille saveurs

    Même Mars refusa d'y mener ses combats

    De peur d'y créer des malheurs 

     

    Le peuple pacifique était fascinant: 

    doté d’une rare intelligence, il créa

    Si bien que le ciel du continent, 

    D’instruments éblouissants, se peupla 

     

    Mais au delà des océans, l’envie et la jalousie, 

    Les fadaises et les songes 

    Alimentèrent les esprits

    De toutes sortes de mensonges

     

    Ils se retournèrent contre eux

    Roi et reines, gouverneurs ou chefs militaires,

    Ainsi défiant la parole des dieux

    ils commencèrent la plus grande des guerres

     

    Le continent perdu était encerclé

    Ses habitants condamnés

    Leur terre allait bientôt être foulée 

    Par des envahisseurs acharnés

     

    Un soir de lune rouge et de ciel noir

    Le soir avant la fin des fins

    Le grand mestre trouva une échappatoire 

    Pour préserver l’honneur de leur jardin

     

    La mer accepta non s’en en être attristée, 

    Et le ciel créa la tempête de leur libération

    Les natifs se rejoignirent pour prier et chanter,

    Sans oublier que c’était la seule solution

     

    Au petit matin l’envahisseur cru rêver

    À la place du continent des milles saveurs

    Le vide d’un océan rebellé

    Et un gout amer de douleur

     

    Un continent disparu sous la mer 

    Il y a des siècles de cela

    Emportant une civilisation entière 

    Dans la douleur et l’anonymat 

     

    ChocoAngel


    votre commentaire
  •  

    Et ces jours où je ne peux que y penser.

    Et ces nuits d’angoisses qui me hantent.

    Et la promesse de vivre pleinement.

    Et l’incertitude de la vie d’après.

    Et la hantise d’exister.

    L’Obsession.

     

    Angoisses.

    De l’avant et de l’après

    De ne plus être personne 

    Du futur sans savoir ce qu’il se passera

    D’une vie sans moi.

     

    Promesses.

    De vivre pleinement ma vie

    Sans se soucier du lendemain

    D’être heureuse car nous n’avons qu’une seule vie

    Qu’une seule chance.

      

    Incertitude.

    Que ferais-je quand ma vie s’arrêtera?

    Où serais-je? La réincarnation ou le paradis?

    Où peut-être n’existerais-je même plus. 

    Tourmenter sans fin par l’après.  

     

    Exister.

    Cette magnifique sensation

    Mon cœur bat, il me fait vivre

    Je respire, je bouge, j'apprends, je vis

    Je ne veux pas que cela s'arrête.

     

    Encore plus d’angoisses.

    Car j’ai peur de ne plus respirer

    Je ne veux pas être oubliée

    Malgré mes promesses d’une vie complète

    L’après, la panique, la frayeur, elle me ronge.

     

    Arrive donc l'Obsession.

    Obsession de savoir. 

    Obsession de vivre.

    Obsession que l’on se rappelle de moi.

    Obsession de l’éternité. 

     

    Choco-Angel

    01 / 07 / 17


    6 commentaires
  •  

    Bêtes de foire quand le prince viendra,

    Libérez-vous de ses yeux de soie,

    Le sang des dieux scellera la mer,

    Et le pouvoir du dragon vous passera à travers,

     

    Et ce ciel et ce monde et cette folie des grandeurs

    Fouleront de leurs pieds le monde des rumeurs,

    Là haut dans la tour, la femme endormie attend l'instant,

    Où le chant des sirènes lui servira de guet-apens

     

    Le bois qui vous semblait si familier à une époque,

    Ne sera que havre d'inquiétude, un chemin sans équivoque,

    En effet, les enfants jouent dans la plaine tout sourires 

    Juste avant que le loup ne vienne les engloutir

     

    Faites attention aux légendes d'autrefois,

    Toute histoire a une morale et cela se répétera,

    Car l'or de l'aurore est égal au crépuscule de sang

    Et le goût du bonheur synonyme de volcan.

     

    14 / 04 / 2017 

    Choco-Angel

     


    4 commentaires
  •  

    Voici  un poème en prose que j'ai écrit pour mon cours de français. Ce n'est pas la version finale (mon prof a trouvé quelque point que je pourrais améliorer) mais j'ai quand même envie de vous le partager. Si vous voulez plus de précision sur ce poème je peux vous en donner car il est dur à comprendre ;)

    La consigne était d'écrire une illumination, ai-je réussi le défi? 

     * 

    Fleur d’Amérique dont l’air prend l’arôme. Ta musicienne voix bourdonne à mes oreilles me faisant penser que le jour n’a pas péri. Pourtant ! Nuit ensoleillée, soleil obscurci, la réalité est la suivante : le tournesol pointe vers l’ouest. La foule derrière, devant le désert et ce souffle d’air chaud qui se refroidit avec le temps. Ô Eternel Monde! Je ne suis qu’un éphémère vivant dans tes bras, soie de ton humeur. Le soleil s’est couché, la comédie est terminée, le dernier sommeil est arrivé.

     

     ChocoAngel

     


    votre commentaire
  •  

    Doucement j’attends mon heure

    L’heure ou je partirais de cette prison

    Belle prison aux murs dorés

    Mais à l'intérieur gris et salé

     

    Quand rêve et réalité fusionneront 

    Je partirais au bout du monde

    Là où il n’y a plus de frontières 

    Entre terre, mer et univers

     

    En attendant j’attends mon heure

    En rêvant doucement de cette heure

    Écoule toi vite petit sablier

    Et libère moi de ceux qui m'ont enchainé.

     

    Choco-Angel

     22/01/17


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique